Demande de Financement

1. JUSTIFICATION

Le Fonds de Promotion de l’Industrie est un établissement public, créé en 1989, qui
a reçu pour mission de promouvoir le développement et l’intégration de l’industrie
congolaise à travers des opérations de financement de projets.
La lettre de notification des décisions du Gouvernement issues de la réunion du
Conseil exécutif du 26 octobre 1990 a fixé la politique d’intervention de la nouvelle
institution.
Toutefois, la survenue de l’hyperinflation en 1991, année même du démarrage des
opérations de financement, de la désintégration du système bancaire, des
perturbations socio-politiques ont eu des effets néfastes, sur les paramètres de
l’activité du Fonds, ce qui a obligé la mise en place des politiques conjoncturelles.
Les désordres ci-haut évoqués ont eu pour conséquence immédiate la limitation des
interventions du FPI au financement des besoins en fonds de roulement (crédits à
court terme), au détriment du financement des investissements.
Par la suite, la politique d’intervention du Fonds subira d’autres inflexions.
En effet, à la suite des pillages de 1991 et 1993, le FPI a été urgemment contraint,
poussé par les pouvoirs publics, de mener une politique conjoncturelle axée sur la
relance des industries à l’arrêt, en vue de reconstituer le capital industriel
partiellement détruit et de tenter de préserver les emplois et les revenus salariaux.
C’est dans cet ordre d’idées que le FPI a progressivement pris en charge les
diverses commissions à payer par les promoteurs, éprouvés par les problèmes
économiques, et a eu tendance à vouloir atténuer les exigences de
l’autofinancement et de couverture stricte des garanties, notamment dans le
contexte du soutien aux promoteurs situées dans les provinces.
Par ailleurs, la dégradation de la situation du portefeuille-prêt a aussi conduit
l’institution à s’interroger sur la nécessité de maintenir certains éléments des
conditions d’intervention qui semblaient ne pas favoriser la maitrise des risques
inhérents à l’activité de crédit.
C’est ainsi que, en sus d’une garantie hypothécaire, le FPI a commencé récemment
à prendre systématiquement en nantissement les équipements à acquérir quand
bien même le prêt était déjà couvert.
2C’est aussi pour cette raison que le rééquilibrage des interventions en faveur des
grandes entreprises a souvent été tentée, la clientèle des PME ayant été jugée trop
risquée, peu fiable et être à la base de la plupart des impayés, mais sans que l’on
sache exactement si cela était effectivement le cas.
S’agissant des PME, il faut signaler l’absence d’une définition pratique pour pouvoir
catégoriser les dossiers entrants et leur appliquer les conditions spécifiques les
concernant.
Le changement de politique de financement intervenu en 2017 semble prendre acte
de l’impasse dans laquelle se trouve l’institution depuis plusieurs années au regard
des contre-performances enregistrées. Elle se propose en effet de financer
autrement, en englobant toute la chaine des opérations en amont et en aval d’un
projet comme un programme unique, constitué d’activités multisectorielles, toutes
éligibles au financement de l’institution.
La conjonction de cette approche avec la stratégie d’identification des projets,
particulièrement dans les provinces, modifie sensiblement le comportement de
l’entreprise qui prend désormais l’initiative dans les projets à financer, en fonction de
ses priorités, sans devoir s’en remettre au hasard des projets déposés à son guichet
et évite le saupoudrage des fonds dans une multitude de PME qui ne permettrait pas
de constater un impact réel dans l’économie.
D’une manière générale il faut retenir que le contexte d’instabilité du cadre macro-
économique et la dégradation de la situation du portefeuille-prêt suscitent de
fréquentes propositions de révision de la politique d’intervention, suivies ou non,
entrainant un éloignement progressif par rapport aux préconisations de la notification
de 1990.
A ce jour l’institution ne dispose plus de document fixant sa politique d’intervention.
Pour combler ce déficit, sur la base d’une analyse critique des problèmes de
financement demeurés pendants, le présent document se veut un document-cadre
de la politique d’intervention actuelle du FPI.

Lire la suite …